Mairie de Saint Jean de Luz  >  Detail de l'actualité 
< Règlement Local de Publicité : lancement de la révision

Exposition « Saint-Jean-de-Luz, ses maisons, ses paysages » dessins de Dominique Duplantier 16 septembre – 8 octobre 2017


La ville de Saint-Jean-de-Luz accueille l'exposition de 30 dessins de Dominique Duplantier mis en couleur par Francine Callède du 16 septembre au 8 octobre à la villa Ducontenia.

Depuis des origines lointaines, dont seul son nom conserve le souvenir, Saint-Jean-de-Luz / Donibane Lohizune est l'une des rares cités côtières entre l'estuaire de la Gironde et la Bidassoa à avoir préservé une continuité dans son patrimoine bâti depuis le XVe siècle jusqu'à nos jours. La ville ancienne, bordée d'un côté par l'estuaire de la Nivelle et de l'autre par la baie, s'est établie sur une langue de sable autour de la Grand'rue (rue Gambetta).

L'essor du port et du commerce maritime va permettre aux élites de la cité d'édifier de somptueux palais urbains, témoignages de la richesse des styles architecturaux de l'époque. Cependant, les guerres à répétition avec l'Espagne et les terribles tempêtes des XVIIIe et XIXe siècles vont faire disparaître une grande partie de la cité originelle.

À la fin du XIXe siècle, avec la construction des ouvrages de protection autour de la baie, une nouvelle ville émerge aux pourtours de l'ancienne. Des boulevards vont ceinturer la ville et permettre le développement urbain. Le boulevard Victor Hugo ouvre la voie à un quartier commercial et industriel moderne organisé autour d'une halle et de la gare. Le boulevard Thiers, lui, s'allonge vers l'océan et invite les populations en villégiature à profiter des bains de mer. C'est ainsi que fleurissent les premières villas face à la baie, ainsi que nombre d'hôtels, casinos et promenades pour leurs loisirs.

Au début du XXe siècle, la ville connaît une véritable explosion architecturale avec l'urbanisation active des collines entourant la cité. Alors que le centre balnéaire s'organise dorénavant autour du complexe de la Pergola, des lotissements résidentiels apparaissent à Sainte-Barbe, Aïce Errota, Moléressénia, Lac, Fleurs, Chantaco. Errepira-Fargeot, quant à lui, devient un quartier industriel avec le renouveau de la pêche au thon et à la sardine.

Les années 1950 marquent une extension vers un troisième cercle où se concentrent les activités industrielles, commerciales et sportives. De nouveaux lotissements, qui répondent mieux aux attentes écologiques, ouvrent la cité, créent des paysages résolument contemporains, attestant un dynamisme ancré dans le territoire et d'une ville tournée vers le monde.

Les dessins de Dominique DUPLANTIER reflètent cette histoire. Aujourd'hui, ils éveillent la conscience des citoyens, habitants et visiteurs, sur les richesses et les singularités architecturales et paysagères du patrimoine de Saint-Jean-de-Luz qu'il convient de transmettre aux générations futures.

 

Dominique DUPLANTIER

Né en 1945, il étudie l'histoire avant d'intégrer l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris où il s'initie à la gravure. Très vite, ses dessins sont remarqués : il participe à l'exposition " Drôle de solitude " au centre Pompidou en 1973 au côté, entre autres, de Reiser, Chaval et Bretécher et réalise des bandes dessinées pour les magazines Zinc et Charlie Mensuel. En 1977, il s'installe définitivement à Ondres (Landes). La rencontre de Claude Aubert, architecte chargé de la rénovation du quartier Saint-Pierre à Bordeaux, l'engage dans une nouvelle voie : celle de la représentation inédite des ensembles urbains. En 1988, il ouvre un atelier à Bayonne, avec cinq dessinateurs et deux coloristes afin de répondre aux demandes des Éditions Gallimard. Pour illustrer leurs guides, il dessine les plans " axonométriques " et les panoramas d'une cinquantaine de villes françaises, dont Saint-Jean-de-Luz. Il fonde, en 1997, avec trois associés, les Éditions du Quai Rouge qui réalisent et commercialisent des affiches et des cartes postales sur des sujets régionaux. Dominique Duplantier collabore à divers magazines comme Géo, Pyrénées magazine, National Geographic, Air France Magazine, Détours en France, Historia, etc., ainsi qu'à plusieurs sociétés de cartographie. Il poursuit, parallèlement, une création personnelle. Fin 2008, il publie, aux Éditions Cairn, un ouvrage de 400 dessins intitulé Maisons du Pays basque où il illustre, avec Francine Callède, l'habitat traditionnel. À cette occasion, une partie des dessins est exposée à la Villa Duconténia.

 

Francine CALLÈDE

Née en 1949, la passion du dessin l'amène à étudier les beaux-arts à Bayonne pendant quatre ans avant de rejoindre l'École des beaux-arts de Bordeaux. Ces trois années passées à acquérir la technique de la gravure lui donnent le sens du trait et le goût pour le sillon creusé dans le cuivre avec force, mais délicatesse. Elle y découvre la lumière révélée par la puissance de l'ombre. En 1989, Dominique Duplantier l'invite à rejoindre son atelier. Aux plans de ville s'ajoutent les multiples élévations de façades à dessiner. Si au début elle manie le crayon autant que la couleur, son talent de coloriste finit par l'emporter sur son goût du dessin. Depuis 2005, elle travaille seule avec Dominique Duplantier qui lui confie désormais toute la mise en lumière de ses dessins. À l'ombre, dans son jardin en fleurs, Francine Callède, en artiste accomplie, dessine, pratique le papier collé et s'aventure vers une troisième dimension, celle du modelage.

 

Dominique DUPLANTIER et Francine CALLÈDE collaborent, pour les Éditions KOEGUI, aux ouvrages :

- Bordeaux, les rues du centre historique, en 2010 ;
- Bayonne, Ville d'art et d'histoire, en 2012 ;
- Les maisons de Sare - Sarako etxeak, en 2014.

Saint-Jean-de-Luz sera leur quatrième ouvrage de la collection " Architecture & patrimoine " des Éditions KOEGUI, à paraître en 2018.

 

 

Médiations autour de l'exposition :

Samedi 16 septembre à 11h : Ateliers du Petit architecte (8-12 ans A partir d'une simple feuille de papier, les enfants sont invités à créer un monument phare de la baie en pop-up

Sur inscription au 05 59 26 03 16

Dans le cadre du Pays d'art et d'histoire de Saint-Jean-de-Luz- Ciboure

 

Samedi 16 septembre à 16h30 : " L'art et l'histoire de la ville en 30 dessins " - visite commentée de l'exposition par Jean-François Larralde et Nicolas Gueriaud - Sorçabal, historiens (association Giltzarri) En collaboration avec l'association Giltzarri ·

 

Mercredi 20 septembre à 18h30 Lecture musicale : " Etxea eta etxekoak " en langue basque Dans un ouvrage intitulé " Etxea eta etxekoak ", Daniel Landart a recueilli les écrits basques de soixante-deux auteurs qui décrivent la maison basque. Cette lecture musicale à quatre voix reprend certains de ces textes qui décrivent la maison et les membres de la famille. Parfois très émouvants, ils nous permettent de mieux cerner la société basque.

Récitants : Daniel Landart, Pantxoa Etchegoin, Kattalin Sallaberry,

Chanteur-musicien : Pantxoa Carrère

En partenariat avec l'Institut Culturel Basque

Entrée libre Direction de la culture 05 40 39 60 88